by P.RO Com
Isolons la Terre

Nos objectifs

Le collectif « Isolons la Terre contre le CO2 » propose un plan d’ action fort pour limiter les émissions de gaz à effet de serre par les bâtiments.

En France, 30 millions de bâtiments mal chauffés et mal isolés rejettent chaque année dans l’atmosphère 95 millions de tonnes de CO2, principal gaz à effet de serre.

août 2016

C’est, après les transports, et avant l’industrie la seconde source de pollution en CO2, en progression de 14% depuis 1990. Signataire du protocole de Kyoto, la France s’est engagée à ramener en 2010 ses émissions de gaz au niveau de 1990.

Le Premier Ministre, Jean-Pierre Raffarin, a fixé au pays l’objectif de diviser par 4 ou 5 la teneur en gaz carbonique de notre atmosphère à l’horizon 2050 (objectif énoncé dans le cadre du débat national sur les énergies le 18 mars 2003). Dans cette perspective des industriels reconnus du secteur de la construction se sont regroupés au sein du collectif « Isolons la Terre contre le CO2 » pour informer et proposer des actions à la hauteur de l’enjeu.

Après avoir examiné les mesures proposées dans le projet de Livre Blanc sur les énergies, le collectif a estimé qu’il convenait, pour le secteur des bâtiments, d’aller plus loin dans les propositions pour gagner la bataille contre le CO2. Ce plan, à défaut de respecter les engagements de Kyoto, est le seul capable de satisfaire l’objectif fixé par le Premier Ministre à l’horizon 2050 :

  • Réduire tous les 5 ans jusqu’en 2015 de 15% les consommations des bâtiments neufs ;
  • Amener, chaque année, 400 000 logements à une consommation annuelle de 50 kWh d’énergie primaire par m2 ;
  • Atteindre cet objectif par la rénovation et la déconstruction reconstruction en y associant un dispositif de prêts bonifiés et de déductions fiscales ;
  • Rendre obligatoire, lors de travaux, la mise en œuvre de produits performants comme dans les bâtiments neufs ;
  • Rendre obligatoire l’affichage des consommations énergétiques des bâtiments.

Sans ce plan d’actions, la pollution due au chauffage des bâtiments aura, en 2015, augmenté de 25 millions de tonnes de CO2, impliquant une réelle menace pour la qualité de vie des futures générations.